• Part 2 
      Je me retrouvai dans le désert de terre comme prévu, sans musique, mais cette fois, j'étais entouré par plusieurs habitants au hasard. Ils marchaient au hasard dans le coin autour de la maison et ils avaient tous l'air dépressifs avec l'émote qui va avec. C'était vraiment des persos au hasard, car des fois je voyais même Nook ou Opélie... Quand je leur parlais, ils ne disaient rien d'autre que "enoduoyevahtahw" en tout petit. Au bout de quelques minutes, j'allai parler à Thibou lorsque, soudainement, Resetti jaillit du sol à mes pieds et se met à hurler "MEURS!!!" comme Kéké, avec le nom Eirk en libellé. Après le message, mon perso fit l'animation de KO comme quand on se fait piquer par un scorpion. Fondu au noir et au lieu de me retrouver dans la maison, je me retrouvai à l'écran titre. En regardant le menu, je vis que la partie "BACK" avait disparu à son tour. Je pris la partie "OR" 

      Cette fois, j'arrivai sur une simple image. Celle du visage de Resetti, comme si on avait plaqué la texture du visage sur l'écran. Il y avait un son de vent très faible et un espèce de gémissement bas. Comme une plainte humaine ralentie. Toutes les 10 secondes, un message s'écrivait. c'était le même à chaque fois ("MEURS!!!" encore une fois), mais il était écrit en tout petit d'abord, puis de plus en plus gros au fur et à mesure. Le volume du son augmentait aussi à chaque fois. Alors qu'a la 10ème fois le texte était grossi d'une taille impossible pour la bulle, le son et l'image se coupa net au noir. Puis soudainement, 6 secondes plus tard, un hurlement à glacer le sang sort des haut-parleurs à puissant volume et la texture de Resetti était altérée en noir et blanc, des trous à la place des yeux avec du sang bien rouge qui en coulait, et l'image tremblotait horriblement. Cela me fit sursauter tellement que je lâchai la DS et me précipitai pour fermer le capot. J'avais des sueurs froides et j'avais de plus en plus peur de ce qui pourrait survenir après tout ça. Je ne sais toujours pas pourquoi j'ai repris la DS et l'ai rouvert, mais je l'ai fait... 

      Le jeu était revenu à l'écran titre normal. Il ne restait plus qu'une seule partie disponible : "DIE". "Meurs". Cela ne me présageait rien de bon... 

      Je me retrouvai dans la peau de Blanca, la chatte sans visage. Avoir un NPC pour joueur était impossible, mais à ce stade, plus rien ne me surprenait. Mon perso n'avait aucun visage. J'étais toujours dans le désert au ciel rouge. Mais cette fois, la maison avait disparue et le sol était quadrillé de gyroides. Ils étaient tous éteints, face au sud, et ne réagissaient pas quand j'appuyais sur A. Je marchai vers le sud, peu rassuré de ce que je pouvais rencontrer. Soudainement, j'aperçus un panneau dans la marée de Gyroides. Son message était "Demi-tour" et me proposa de choisir une réponse entre Oui et Non. Je choisis Oui, et je vis mon perso ne plus bouger, face au panneau. Il ne répondait plus à mes commandes. Au bout de deux secondes, en un flash il se tourna vers le sud et son visage avait changé et la caméra zooma dessus, juste avant que l'écran devienne noir et affiche une erreur de type MS-DOS ou UNIX qui montrait un tas de chiffres bizarres et en haut la mention "FATAL ERROR : BUFFER OVERLOAD" 

      J'éteignis le jeu et jeta au feu la cartouche. Cette chose est hantée. Cette chose est démoniaque. Je ne peux pas la décrire autrement... Car ce qui était le plus effrayant, ce n'est pas le message "L'enfer t'attend à la prochaine partie" affichée en dessous de l'erreur fatale du jeu ; ni le fait que le jeu n'affiche désormais plus que ça quand on le démarre ; ni même que le compte ebay du vendeur de la cartouche indique qu'il n'existe pas. Le plus terrifiant, c'était le flash d'une demi seconde où j'ai vu le changement de visage du perso, juste avant l'erreur. 

      C'était mon propre visage imprimé sur celui du perso, avec des trous à la place des yeux et du sang qui en coulait.

    12 commentaires
  • Part 1 
    Animal Crossing sur DS était pas mal. Ses fonctions online, ses possibilités avancées par rapport à la version Gamecube... Quand la version Wii est arrivée, j'avais transféré mon perso sur celle-ci, puis j'ai revendu ma cartouche de Wild World sur NDS... Mais le temps a passé, et j'étais trop fan d'Animal Crossing pour m'en passer sur sa version portable et j'ai fini par regretter mon geste au bout de quelques semaines... De plus, j'avais envie d'augmenter mon quota d'objets récupérables par jour. 

    J'ai donc cherché sur eBay une nouvelle copie d'Animal Crossing Wild World. Mais si possible pas trop cher et en achat immédiat, car je ne roule pas sur l'or... Après 3 jours de recherche, je finis enfin par trouver. Il y avait une cartouche française de WildWord à 1€ en achat immédiat, frais de ports gratuits ! Le jeu semblait en état correct et avait simplement l'étiquette déchirée avec "ACWW" écrit au marqueur fin. Une chose m'a interloqué cependant : Cela faisait pile 5 minutes que la mise en vente a été faite ; mais la fin de mise en vente était fixée dans les 5 minutes. 10 minutes de mise en vente ! C'est clairement impossible à faire sur eBay car le délai minimum est de 7 jours. Mais l'aubaine était trop tentante, je l'achetai immédiatement. 

    Je reçus le jeu deux jours plus tard. Le colis avait quelque chose d'étrange : l'adresse de l'expéditeur avait simplement "Erik" marqué dessus. Pas une adresse, pas un nom de famille. J'imagine que c'est un vendeur qui veut garder l'anonymat et qui fait drôlement confiance à la Poste. Quoiqu'il en soit, le jeu était dedans, comme décrit, avec son étiquette déchirée mais en excellent état à part ça. 

    Pressé de voir ce que ça donne, je lançai le jeu avec ma DS lite. Dès le démarrage, je vis quelque chose de bizarre. Quand le logo Nintendo apparut, la voix qui lisait le nom de la marque n'était pas la voix habituelle style Animal Crossing. C'était une voix basse, presque démoniaque, comme dans le jeu Luigi's Mansion au même moment , mais lu à l'envers... Je me dis que c'était probablement un petit bug passager... Mais je vis que ce n'était pas ça de suite après. 

    Quand l'écran titre se lança, ça montrait un village normal, avec les habitants et tout, excepté que le ciel était rouge. Pas rouge-orangé comme on le voit le soir ou tôt le matin. Uniformément rouge sang, sans nuage, sans soleil, rien que du rouge. Comme si la texture du ciel avait été enlevée et que du rouge se cachait derrière... Il n'y avait pas de musique non plus. Je me dis que finalement, la cartouche n'était pas le Animal Crossing DS qu'on connait, mais plutôt une copie beta ou piratée du jeu. Un "bootleg" comme on dit en anglais. Mais par curiosité, je continuai à regarder le jeu en profondeur. 

    J'appuyai sur Start et je fus accueilli tout de suite par l'écran de menu. Il y avait déjà une sauvegarde. La ville s'appelait "Eirktown" et les 4 slots étaient pris. Je fus interloqué par les noms des persos sauvegardés : "TURN" "BACK" "OR" "DIE". "Fais demi-tour ou crève". Chose encore plus étrange, l'option pour effacer une ville avait disparue. Il y avait un espace vide à la place. N'ayant pas le choix, je choisis la première partie, "TURN". 

    Mon perso était un garçon complètement normal, un look sympa avec un t-shirt et une casquette Mario, mais sans la moustache. Alors que j'allai re-rentrer dans la maison pour y jeter un oeil, je resta, choqué, en regardant aux alentours. L'endroit où j'étais n'était pas du tout la ville de l'écran titre. J'étais devant une maison (à sa taille maximale dans le jeu) et autour, rien. Pas d'eau, pas d'herbe, pas de batiments, pas d'insectes, pas d'arbres, pas de fleurs...Même pas de musique... Rien que de la terre à perte de vue et un silence pesant. 

    J'essayai de rentrer dans la maison, mais un message apparut, comme si l'habitant de la maison était absent. Mais le message disait autre chose : "MEURS!!!" en très gros, comme quand Resetti hurle à son plus haut niveau. Flippé, ne pouvant rien faire d'autre, je commençai à monter vers le nord. Je montai, montai sans jamais rien qui m'arrêtait en route, pendant de longues minutes. Il n'y avait même pas les falaises ou la mer qui délimitent le village. C'était une étendue infinie de terre. 

    Enfin au bout d'un moment, je vis Kéké Laglisse. Sans guitare, debout, en train de marcher au hasard comme n'importe quel habitant. Je ne comprenais plus. C'était complètement impossible. Kéké ne marche jamais comme ça et ne quitte jamais sa gratte. Son expression était habituelle, neutre, mais ses yeux étaient des trous noirs et ses sourcils avaient disparus. Alors que je m'approchai de lui, il eut un sursaut, comme quand un habitant veut demander quelque chose. Mais avant de courir vers moi, un message apparut. A la place du nom de Kéké, il y avait le nom Eirk à la place et il disait, comme la maison tout à l'heure "MEURS!!!" écrit en très gros. Il commença à s'avancer vers moi et une musique se joua. Celle qui se joue quand des abeilles vous pourchassent, mais à l'envers, et à un ton beaucoup plus bas. Flippé par l'ambiance donnée par le jeu, je fuyai Kéké par l'ouest. Je courrai sans relâche et je voyais le museau de Kéké se rapprocher de moi. Il courrait un petit poil plus vite que moi. Soudain, avec horreur, je vis un autre Kéké apparaître au nord, réagir comme le premier mais sans message, puis me courir après aussi. Je continuai, le coeur battant, tremblant comme jamais j'avais tremblé pour un jeu. En continuant, d'autres clones de Kéké sont apparus et lorsqu'ils allaient me rattraper, ils étaient sept. Au moment ou l'un des Kéké allait me toucher, le jeu bugga horriblement. Des lignes de couleurs clignotaient partout et la console fit un bruit strident affreux et fort. Terrifié, j'éteignis la console in extremis et manqua de la jeter au loin. J'étais tétanifié, le souffle court... 

    Reprenant mes esprits, je me dis que ce n'est qu'un bootleg morbide, une blague. qu'un simple jeu ne peut pas me faire de mal. De plus, il me restait trois autres parties à regarder. Peut-être que celles-ci seraient différentes... Alors je repris la console et ralluma, puis je constatai que le fichier "TURN" avait disparu. Je choisis la partie de "BACK" 

    Le perso était une fille cette fois. Elle avait des couettes noires corbeau et un t-shirt tête de mort. Mais ce qui me choquait le plus était son visage, deux trous pour les yeux, un pour la bouche, comme quand on fait le truc avec les deux cartes mémoires et le bouton reset sur Gamecube. De plus je n'apparus pas à l'entrée de la maison mais directement dans mon lit. Je remarquai soudainement quelqu'un debout à côté de mon lit. C'était TURN, dans le même état qu'a mon dernier jeu. Mais son modèle n'avait plus de texture. Il était tout blanc, un peu comme la chatte sans visage dans le jeu. En descendant du lit, je vis que je pouvais traverser son corps. Rien ne se passait quand j'essayai de lui parler. Mais le sprite se tournait dans ma direction à chacun de mes mouvements. Je descendis les escaliers. 

    Bizarrement, la maison n'avait qu'une salle (alors qu'elle en a au moins 5 dans sa version finale). Elle était vide, avec le décor de base de la maison, mais la salle était à sa taille maximale. Comme objet, il n'y avait que des peintures le long des murs. Elles représentaient des motifs faits maisons, sur fond noir avec chacun une lettre. En les lisant de gauche à droite, ça formait les mots "ENODUOYEVAHTAHW" avec un ? espagnol (à l'envers) à la fin... Un message codé, sans doute. Sans y faire attention, je sortis de la maison. 


    12 commentaires
  • Tout d'abord, que ca soit claire, cette légende est ecrite par moi!

    Alors personne ne la met autre part!

    Voici la légende d'animal crossing:

    Un jour, une bombe explosa et ca libera des gaz radioactifs qui entraina une mutation entre l'espèce aimale et les humains.

    Ce qui donna le terme "Croisement d'Animal" qui se traduit par Animal Crossing en anglais. Peu à peu, ils s'habituèrent à cette nouvelle vie et reprirent une vie normale.

    Ainsi est la légende d"Animal Crossing!

     


    7 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique